Mpampianatra ao amin’ny ISTE (Enseignant(s) à l’ISTE)

[Ci-dessus : les enseignant de l’ISTE résidant à Madagascar]

Cela fait maintenant 5 mois que nous avons déménagé à Madagascar. Ce billet de blog donne la parole à Timothée qui présente sa mission d’enseignement à l’Institut Supérieur de Théologie Évangélique (ISTE). 

Vive l’enseignement à l’ISTE !

Après tant d’années passées à étudier et à préparer mon doctorat en théologie, j’ai beaucoup de plaisir à pouvoir consacrer la plupart de mon temps à l’enseignement théologique. Le cadre de l’ISTE me plait beaucoup : les promotions sont de petite taille (2 à 7 étudiants par année), ce qui facilite le suivi et les échanges. De plus, l’ISTE combine la rigueur académique d’une faculté de niveau Licence-Master à la prière, la communion fraternelle et une attention portée à la vie spirituelle. Un bel équilibre entre foi et raison, Écritures et Esprit ! Enfin, l’ISTE accueille des étudiants issus de toute la diversité des églises évangéliques, ce qui produit des échanges particulièrement riches.

La semaine-type d’un enseignant en théologie

Durant une semaine type, je donne en moyenne 6 heures de cours, ce qui nécessite 2 jours de préparation. Pour cette année universitaire, je donne les cours suivants :

  • Introduction générale à l’Ancien Testament (le canon de l’Ancien Testament, la question du texte original [critique textuelle], présentation et évaluation des différentes méthodes d’interprétation de l’Ancien Testament)
  • Introduction aux lettres de Paul (introduction au monde de Paul ; l’apôtre Paul : sa vie,  sa mission, ses collaborateurs, ses lettres, etc.)
  • Introduction aux six premiers petits prophètes (Osée, Amos, Joël, Abdias, Jonas, Michée)
  • Introduction à la théologie catholique contemporaine
  • Prolégomènes (cours de doctrine abordant la question de la connaissance de Dieu, la révélation, le statut et l’inspiration de la Bible).

Je consacre également du temps au suivi des étudiants de Master qui préparent leur mémoire. Par ailleurs, j’ai pour mission de réfléchir au cursus académique, à la structuration du niveau Master et au développement de la recherche. Dans ce cadre, j’essaye de prendre contact avec d’autres facultés de théologies à Madagascar et en Europe, pour échanger à ce sujet, voire réfléchir à des partenariats éventuels.

Enfin, lorsqu’il me reste encore quelques heures de libre, j’essaye d’avancer dans mes travaux d’écriture. En tant qu’enseignant-chercheur, il est important de pouvoir publier ! Je travaille notamment à la rédaction d’un livre semi-technique, dont le titre pourrait être : « Vos fils et vos filles prophétiseront » : La prophétie chrétienne d’après le Nouveau Testament. En parallèle, je prévois de soumettre un certain nombre d’articles techniques à des revues académiques. Après une dizaine d’années consacrées à la recherche académique sur la question de la prophétie dans le Nouveau Testament, j’ai accumulé beaucoup de matériaux sur le sujet !

L’ISTE : une faculté de théologie en construction

Le chantier de l’ISTE avance bien…

Début 2018, mon union d’Églises (la Fédération Baptiste de France) m’avait demandé de réfléchir à la notion biblique de la « construction de l’Église » . L’Écriture utilise cette image pour évoquer le statut de l’Église universelle : celle-ci est telle un magnifique édifice… en perpétuel chantier (si cela vous intéresse, vous pouvez lire ma contribution dans les Cahiers de l’École Pastorale).

En arrivant à Madagascar, cette image de la « construction » m’est apparue pertinente au regard de l’évolution de l’ISTE. Depuis juillet 2018, la faculté est littéralement en chantier puisque de nouveaux bâtiments sont en construction sur le campus. D’un côté, nous pouvons déjà contempler les belles choses qui ont été réalisées et les magnifiques « pierres vivantes » qui composent l’ISTE. De l’autre côté, le bruit des marteaux qui rythme (et perturbe un peu aussi) les journées de cours nous rappelle que la petite faculté est encore en chantier et qu’elle doit continuer de se construire.

Un bel édifice…

L’Institut Supérieur de Théologie Évangélique existe depuis 2005. Il a déjà formé des dizaines de leaders, pasteurs et formateurs au service des Églises évangéliques de Madagascar. Il propose un cursus de Licence-Master de qualité et, malgré son tout petit budget (environ 1500 € par mois), l’ISTE tient toujours debout !

Les étudiants de l’ISTE lors de la (fête de) « bonne année ».

Ce qui fait la beauté de cet édifice, ce sont avant tout les « pierres vivantes » qui le composent. Je suis épaté par la motivation et la persévérance des étudiants, professeurs et membres du personnel. Les étudiants font souvent beaucoup d’efforts pour suivre cette formation : si le prix de la scolarité est très bas (environ 10 € par mois), il leur faut toutefois trouver de quoi subvenir à leurs besoins durant ces quatre années qu’ils mettent à part. Certains étudiants sont père ou mère de famille. Ils passent parfois quatre ou cinq heures par jour dans les transports et les embouteillages pour se rendre à l’ISTE. Dans un pays où moins de 5% des jeunes parviennent à faire des études supérieures, un tel choix n’est pas toujours bien compris par l’entourage familial. Pourquoi ces « cerveaux » n’ont-ils pas choisi une filière qui pourrait leur fournir de bien meilleurs revenus ? Dans ce cadre, leur persévérance est admirable !

La diversité des étudiants et professeurs est aussi ce qui fait la beauté l’ISTE : des femmes et des hommes, jeunes et moins jeunes, de milieux sociaux différents, issus de toute la diversité des églises évangéliques (baptistes, frères, pentecôtistes, réformés, charismatiques, etc.).

Enfin, 2018-2019 a été source de divers encouragements. Sept nouveaux étudiants se sont inscrits à la rentrée dernière, ce qui constitue la promotion la plus importante depuis la création de l’ISTE. La construction du nouveau bâtiment avance bien. Un tel chantier était nécessaire, mais il s’agissait d’un vrai pas de foi : le coût de la construction devrait avoisiner les 125 000 €, ce qui est une énorme somme en rapport au budget de l’ISTE. Une première série de dons a permis la construction du rez-de-chaussée : les nouvelles salles de classe sont fonctionnelles depuis janvier (2019). Un don important reçu fin 2018 permet maintenant la construction des murs de l’étage supérieur et de la toiture (ce qui n’est pas un luxe vue la violence des pluies ici !). L’avancée du chantier est réjouissante !

Le déménagement des salles de classe dans le nouveau bâtiment a libéré de l’espace pour la bibliothèque et sa nouvelle salle de travail.

…en chantier !

Si les points d’encouragements sont nombreux, l’édifice est encore en construction !

Côté bâtiment, il reste encore plusieurs dizaines de milliers d’euros à trouver pour les finitions de la grande salle, des bureaux et des extérieurs, ainsi que le réaménagement de l’ancien bâtiment.

Côté humain, la persévérance est un défi quotidien pour ceux qui composent l’ISTE. Les conditions de vie parfois précaires, la maladie, les transports compliqués dans la capitale, l’incompréhension familiale… tout cela nécessite une motivation et une foi bien enracinées.

Côté académique, certains chantiers doivent encore être menés. La réalisation des mémoires de Master n’est pas toujours simple : les ouvrages disponibles à Madagascar sont peu nombreux, nous avons encore peu d’enseignants suffisamment qualifiés pour le suivi. L’objectif est que l’ISTE devienne un vrai lieu de recherche théologique au service des Églises évangéliques malgaches. Pour le moment, l’aspect « recherche » reste encore peu développé à l’ISTE.

En voyageant à travers Madagascar, à l’occasion des vacances de Noël, nous avons été impressionnés par le grand nombre d’Eglises évangéliques qui « poussent » partout à Madagascar. Ma prière est que l’ISTE puisse contribuer à « enraciner » ces nouvelles pousses dans la Parole de Dieu ! Car, en fin de compte, ce n’est pas tant la « construction » de l’ISTE qui importe, mais la manière dont l’ISTE va contribuer à la « construction » de l’Église dans cette région du monde.

Participer à la construction ?

Sur le chantier de l’ISTE, l’aide est toujours la bienvenue. Voici quelques idées pour ceux qui souhaiteraient « ajouter leur pierre à l’édifice » :

  • L’ISTE ne peut vivre que grâce aux dons. Si vous souhaitez contribuer financièrement à la « construction » de l’ISTE (dans tous les sens du terme), vous trouverez les informations nécessaires en téléchargeant le bulletin de souscription. Vous pouvez contacter l’ISTE par email à istecomm@gmail.com.
  • Vous avez accès à une bonne bibliothèque théologique en tant qu’étudiant, enseignant ou, tout simplement, parce que vous n’habitez pas loin d’une faculté de théologie ? Les étudiants préparant leur mémoire ou les enseignants ont parfois besoin d’accéder à un article ou un livre de référence, malheureusement introuvable à Madagascar. Je suis à la recherche de personnes qui pourraient donner un peu de temps occasionnellement pour scanner et nous envoyer par email tel article ou tel chapitre de livre. Il suffit d’un smartphone, d’une connexion Internet et d’un peu de temps. N’hésitez pas à me contacter si vous êtes prêts à rendre ce service !
  • Vous avez de bons livres de théologie à donner, en français ou en anglais (de préférence de type académique) ? Contactez-moi et nous verrons ensemble s’il est possible de s’organiser pour les faire parvenir à l’ISTE.

Pour en savoir plus sur l’ISTE, vous pouvez aussi visiter son site Internet.

2 thoughts on “Mpampianatra ao amin’ny ISTE (Enseignant(s) à l’ISTE)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.