Tratry ny taona !

« Tratry ny taona ! » « Bonne année ! » Le passage d’une année à l’autre est l’occasion de se souhaiter du « bien » les uns aux autres. C’est aussi une période qui nous fait réfléchir sur le temps qui passe…

Il y a un temps pour tout sous le ciel…

Cette parole tirée du livre de l’Ecclésiaste (3.1) nous semble à propos en ce qui concerne l’année écoulée. 2018 a été pour notre petite famille une année marquée de temps forts : finalisation du doctorat pour Timothée et surtout un déménagement à Madagascar. Toutefois, l’année a aussi été marquée par des périodes d’incertitudes : notre projet de départ va-t-il pouvoir se concrétiser ? comment va évoluer la santé de la maman de Timothée ? Et des temps plus tristes, autour de son décès en octobre dernier. « Il y a un temps pour enfanter, un temps pour mourir ; un temps pour rire, un temps pour pleurer » (Ecclésiaste 3.2, 4).

Dieu fait toute chose belle en son temps !

Ce constat nous met face à l’incertitude de la vie : nul ne sait de quoi seront faits les « temps » et « moments » de 2019. Dans la culture malgache, il semble que le futur ne soit pas considéré comme étant « devant », mais comme étant « derrière » nous : nous ne pouvons pas le voir ! Faut-il alors céder à l’inquiétude ? Pour les croyants que nous sommes, nous pouvons partager cette confiance dont témoigne l’Ecclésiaste : si le temps nous échappe, il n’échappe pas à un Dieu éternel qui fait « toute chose belle… en son temps ! » (Ecclésiaste 3.11). Et cela aussi nous l’avons constaté en 2018 ! Nous avons été surpris plus d’une fois par la beauté de l’action de Dieu. Alors, c’est avec confiance que nous pouvons vous souhaiter de « belles » choses pour 2019 !

Une année 2018 achevée sous le soleil…

A l’occasion des vacances de fin d’année, nous avons eu la possibilité de passer une dizaine de jours sur la magnifique île Sainte-Marie. Pour se rendre jusqu’à ce petit coin de paradis situé au large de la côte est de Madagascar, il faut compter deux jours de voyage en bus et bateau (Madagascar est une très grande île et les routes goudronnées se parcourent à des moyennes de 30 à 50 km/h). Cela nous a ainsi permis de découvrir les montagnes des hauts-plateaux, puis les forêts tropicales de la côte est. Ce temps de vacances nous a fait beaucoup de bien et nous revenons avec de magnifiques paysages plein la tête !

Quelques réflexions, en cours de route…

Ce voyage nous a aussi permis de faire quelques observations sur la vie religieuse et spirituelle en-dehors de la capitale. En traversant de nombreux villages, nous avons été surpris par le grand nombre de lieux de culte protestants, et en particulier évangéliques. Il n’était pas rare de compter 3 ou 4 églises protestantes dans un petit village : en général une église réformée (FJKM) ou luthérienne, et deux ou trois églises évangéliques, souvent de tendance pentecôtiste. Nous ne pensions pas que le christianisme évangélique était si répandu à Madagascar.

La fête du « zébu » dans un village de l’île Sainte-Marie…

Sur l’île Sainte-Marie, nous avons aussi pu constater la place importante encore donnée à la religion traditionnelle, aux rites ancestraux ou à la sorcellerie. Dans le village voisin de notre lieu d’hébergement a eu lieu une fête de 3 jours en l’honneur d’une personne décédée quelques années auparavant. Durant cette fête, les villageois ont sorti la dépouille de terre, ont enveloppé les os dans un linceul et les ont placé dans un petit ossuaire. Cette fête traditionnelle s’accompagne du sacrifice d’un zébu en l’honneur des ancêtres. Nous avons aussi constaté les nombreux « fady », nom donné aux « tabous ancestraux ». Certains de ces « fady » pourraient avoir une origine hygiénique (interdiction d’uriner dans l’eau) ou sécuritaire (plages dangereuses interdites d’accès). Toutefois, d’autres « tabous » paraissent bien plus emprisonnant ; la sorcellerie et les « esprits » menacent en arrière-plan.

Et maintenant, 2019…

Une des classes de Delphine.

Une nouvelle année commence, et nos activités reprennent à Tananarive. Les enfants ont repris la direction de l’école ; les parents aussi ! Delphine continue de travailler à l’apprentissage du français dans 3 établissements scolaires des églises FJKM. En décembre elle a été sollicitée pour faire chanter les élèves en français à l’occasion des fêtes de Noël des établissements. On lui a maintenant demandé de travailler avec les élèves sur des situations de la vie courante : le marché, la cour de récréation, etc.

Premier cours dans le nouveau bâtiment ! [(c) Photo ISTE]

Timothée a repris les cours à l’ISTE, dans une salle de classe toute neuve ! Les travaux du nouveau bâtiment de l’ISTE ont en effet bien avancés : les deux salles de classe situées à l’étage inférieur ont été achevées. Un don important va permettre d’enchaîner de suite avec la construction des cloisons et de la toiture de la grande salle située à l’étage supérieur. Reste encore à trouver plusieurs dizaines de milliers d’euros pour la finalisation de la construction (finitions de l’étage, bureaux, salles annexes, aménagement de la cour)… mais nous sommes encouragés par ce qui a déjà été pourvu !

Une période électorale paisible…

Hier, la « Haute cour constitutionnelle » a confirmé les résultats établis par la Commission électorale indépendante : Andry Rajoelina a été déclaré vainqueur du deuxième tour (avec plus de 55 % des voix). Le perdant du deuxième tour, Marc Ravalomanana, lui a serré la main après la proclamation des résultats. Il s’agit d’un geste fort de la part de cet ancien président qui a été chassé du pouvoir en 2009 par une sorte de coup d’état mené par… Andry Rajoelina. Beaucoup craignaient une énième crise accompagnée de violences autour de ces élections. Pour le moment, mis à part quelques manifestations la semaine dernière, tout s’est déroulé dans le calme. Nous sommes reconnaissants pour cela, et prions que cette paix perdure.

One thought on “Tratry ny taona !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.