Le départ se prépare…

Nous écrivons ce petit billet depuis Paris. Depuis ce lundi 9 juillet et jusqu’au vendredi 20, nous séjournons dans les locaux du Défap. Avec une vingtaine d’ « envoyés » venant de tous horizons et milieux, nous suivons une « formation au départ » obligatoire pour tous les Volontaires de Solidarité Internationale (VSI) (voir photos ci-dessus ; (c) Défap). La formation est dense (nous ne sommes pas en vacances !) et les rencontres enrichissantes. C’est aussi un privilège de résider dans cette maison historique de l’illustre « mission de Paris » (ou, plus exactement, la « Société des missions évangéliques de Paris« ). Si vous voulez en savoir plus sur le déroulement de la formation (avec photos et articles « journalistiques »), vous pouvez consulter le site du Défap.

Pendant ce temps, les enfants sont en colo dans les Vosges à « Landersen«  (près de Munster ; voir photo). Un cadre magnifique dans lequel nous espérons qu’ils passent de bons moments de détente.

Parmi les nouvelles importantes de ces dernières semaines, il y avait la soutenance de thèse de Timothée le 29 juin dernier (photos ci-dessous). Nous sommes particulièrement reconnaissants pour la manière dont la soutenance s’est déroulée. Le jury s’est montré bienveillant et les discussions ont été intéressantes. Timothée a donc désormais le diplôme de doctorat en théologie protestante !

La fin du doctorat n’a pas été synonyme de vacances puisque Timothée a été recruté pour le mois de juillet pour assister le Pr Matthias Morgenstern. Ce spécialiste du judaïsme, de l’université de Tübingen, a bénéficié durant l’année universitaire 2017-2018 de la prestigieuse chaire Gutenberg (pour plus d’informations, voir ici). De son côté Delphine reprendra le travail après nos deux semaines de formations, et ce, jusqu’au 12 août.

À côté de cela, les préparatifs du grand départ nous occupent bien ! Nous avons indiqué à notre propriétaire que nous quitterons notre appartement le 16 août. Auparavant, nous devrons avoir revendu tout ce qui ne rentre pas dans nos valises, l’envoi de nos meubles par container étant trop compliqué et trop coûteux. Autre préoccupation : les démarches pour obtenir notre visa sont particulièrement longues et complexes, nécessitant plusieurs aller-retours de documents (par voie postale) entre la France et Madagascar (en passant par les bureaux des ministères !). Nous ne savons donc pas encore quand nous pourrons partir : nous espérons que ce sera avant la rentrée des classes pour nos enfants, mais ce n’est pas certain. Comme disent les malgaches : « mora mora ». « Dieu fait toute chose belle… en son temps ! » (Ecclésiaste 3.11)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.